Inscrivez-vous à notre infolettre et soyez informé en primeur!
Fermer
1 888 475-9992
Villes visitées
Grande-Entrée; Cap-aux-Meules; Ile du Havre-Aubert; Grosse-Ile; Havre-aux-Maisons

Bonjour à toutes et tous,

Belle surprise ce matin, soleil pour débuter la journée! Le petit déjeuner était succulent, tous étaient bien reposés pour partir à la découverte des îles.  Josée, notre charmante guide, nous attendait avec encore un superbe sourire pour venir avec nous faire nos balades de la journée. Notre premier arrêt se fait à la maison du Pothier où Géraldine (la potière) prends le temps de nous expliquer son travail et nous avons même le privilège de voir Bernard (celui qui manipule la tour) qui était à l’œuvre ce matin.  Je dois dire qu’il y avait autant de gens qui étaient intéressés à découvrir les chefs d’œuvres de ces artisans qu’il y avait de gens intéressés à regarder les paysages merveilleux qui sont juste devant ce site. La vue extraordinaire sur les falaises rouges, la Seacow Path et Josée nous ont bien expliqué l’histoire des morses. Vive les audios-guides car le vent et le son de la mer… cela facilite le travail de notre guide. 

Un petit déplacement du côté de Grande-Entrée. Carlos nous fait un  bel exposé sur la culture des moules. Des mariculteurs des Îles-de-la-Madeleine deviennent les premiers à commercialiser une huître du Québec. Comme ils travaillent dur pour arriver à produire ces délicieuses huîtres localement. Les jeunes huîtres mises en élevage mesurent 35 millimètres. Elles sont placées dans des cages immergées en mer. Les mariculteurs les visitent régulièrement pour les reclasser par taille. Les mollusques prennent trois à quatre ans pour atteindre la taille commerciale de 75 millimètres, soit le format dit « choice ». Nous n’avons pas pu déguster ces délicieuses huîtres car présentement pêche et océan Canada l’empêche jusqu’au 24 septembre.  Mais nous savons que si nous voyons les huitres de Grande Entrée, eh bien il faut y goûter. Nous les retrouvons au Québec et c’est un excellent produit à découvrir.

Retour à l’auberge où nous attendent les cuisinières et les employés tout aussi heureux les uns que les autres de nous recevoir. Ce midi nous avions deux choix comme toujours et les amateurs de poissons ont bien entendu choisi les galettes de poissons à la morue. C’était délicieux!

Cet après-midi, une activité amusante nous attendait pour ceux qui le désiraient au centre des sports nautiques situé le long de la baie.  Sous la supervision et l’enseignement de notre Josée, nous apprenons les rudiments d’un masque de beauté rajeunissant.  On nous promet 10 ans de moins… Remplis d’espoir, nous suivons ses directives et nous nous appliquons la boue d’argile naturelle des îles.  C’est amusant et l’on rigole tous ensemble.  Le ridicule ne tue pas donc nous embarquons dans l’aventure!  J’ai un super groupe qui participe avec plaisir. Nous devons conserver ce masque un bon 5 à 10 minutes en tentant de nous détendre, ce que plusieurs ont réussi à faire. 

Après ces moments de découvertes dans la boue nous retournons à notre auberge avant de se rendre à la belle église St Peter’s de Old Henry, l'église Saint-Peter's-By-the-Sea, citée monument historique, est un lieu de culte de tradition anglicane érigée en 1916 et 1917.  D'influence néogothique, le temple se compose d'une nef de plan rectangulaire terminée par un chœur en saillie à chevet plat et est coiffé d'un toit à deux versants droits. Il se distingue par l'aménagement d'une tour clocher demi-hors-œuvre avec allonges dans l'un des murs pignons et d'un porche sur l'un des longs pans. L'église et un cimetière adjacent sont situés dans le hameau d'Old-Harry aujourd'hui compris dans la municipalité de Grosse-Île. Mais ce qui est impressionnant lorsque nous passons la porte offerte en l’honneur d’un jeune homme de 20 ans qui aurait sauvé de la noyade deux jeunes filles.  Magnifiques portes de bois sculptées qui nous laissent entrer dans une petite église ornée de photos de madelinots ayant perdu la vie en mer. Impressionnant de voir tant de photos de ce peuple de marins. On peut aussi y voir plusieurs navires ayant fait naufrage.  L’on réalise que leur vie c’est la mer mais que cette dernière peut aussi être bien cruelle.  Josée est très touchante lorsqu’elle nous raconte ces histoires des gens qu’elle a côtoyés et qui ont perdu la vie.  C’est vraiment très touchant.

Déjà le moment de repartir pour découvrir la magnifique « plage de la Grande Échouerie ». Un court arrêt à la fin de cette plage afin d’avoir un point de vue sur la mer avec une petite plage et surtout de très beaux rochers orangers.  À cet endroit, il y avait un ancien quai avec de nombreux piliers, qui servent normalement à la construction d’un quai et qui étaient entassés sur le littoral. Si l’on pense à une valeur de plus de 1000 $ par bloc bien le gouvernement a laissé beaucoup d’argent dormir là. Il y a plus de 1000 piliers, d’après Josée. Puis c’est le temps de marcher les pieds dans l’eau (pour ceux qui le désirent) c’est toujours très impressionnant de découvrir la longueur de la plage. Si l’on désire marcher, c’est la bonne plage car on pourrait marcher 21 km en suivant la mer et espérer un transport sur roues au retour.  N’oubliez pas : Il faut marcher en se laissant trainer les pieds, cela fait chanter le sable..   En plus, remarquez que ce sable n’est jamais vraiment chaud ni brulant c’est plus comme marcher dans de la farine, tellement le grain de sable est fin…

Josée nous mentionne que plusieurs font cette marche en 8 heures environ (nous manquions de temps sinon tous seraient partis essayer… Vous marchez 8 heures et les gens de l’auberge vont vous chercher au bout de la plage et retour à l’auberge).  Nous avons eu du temps libre pour nous promener (environ une heure) mais personne n’a osé mettre plus que les pieds à l’eau. On nous dit environ 70 degrés à ce temps de l’année.  

Ce soir c’est une nouveauté : le festival  « contes en Îles » qui arrivent à l’auberge.  Wow durant 1h30 ce sont 3 personnages tout aussi intéressants les uns que les autres qui nous ont tous fait retourner en enfance le temps d’un conte.  Imaginez-vous, fascinez des adultes le temps d’un conte eh bien c’est possible seulement si vous avez beaucoup de talent… et laissez moi vous dire que Georgette Renaud, Daniel Projean, Jojo Thurbide nous ont gardé en haleine et nous ont captivé sans difficultés.  Bravo à ces talentueux conteurs vous nous avez fais découvrir un monde qui était bien mal connu pour plusieurs d’entre nous.

Pour terminer la soirée, les gens du groupe continuent de fraterniser autour d’un bon souper : soit le choix entre les pétoncles au vin blanc ou l’assiette de loup-marin ou le pâté au poulet.  Bonne nuit à tous.

Monique, votre accompagnatrice!

Photos

Voir plus

Vidéos

YouTube
YouTube