Inscrivez-vous à notre infolettre et soyez informé en primeur!
Fermer
1 888 475-9992
Villes visitées
Genève, Zermatt, Lucerne, Berne, Lac de Constance, Bavière, Munich, Innsbruck, St-Martin Bei Lofer, Salzkammergut, Vienne

Ce  matin dès notre réveil, il faisait déjà 18 degrés Celsius (pour augmenter jusqu’à 25, en après-midi). 

Après notre petit déjeuner pris à l’hôtel, nous sommes partis de Zermatt pour la remontée de la vallée Obergoms, jusqu’à la source du Rhône, qui se trouve à l’extrémité nord-est du canton du Valais.  

Nous avons fait un arrêt pour visiter la grotte du glacier du Rhône. Il est un tunnel de glace bleue, taillé dans la glace depuis plus de 1 200 ans. Il se situe à l'extrémité nord-est du canton du Valais, en Suisse. Il s'étend sur 8 km et atteint une largeur d'un peu plus de 1000 mètres. 


Arrivés sur place, plus de 90% des gens du groupe, ont décidé de tenter l’excursion de la grotte et ce, malgré la complexité d’accéder au tunnel: une descente (1 ière etape) ainsi qu’une remontée (2 ième étape) réellement exigeantes physiquement.  Comme vous pouvez sûrement l’imaginer, tout le groupe y est parvenu.  C’est avec l’entrain, la ténacité et l’entraide, qu’il a non seulement atteint l’entrée au tunnel, mais également réussi à le parcourir en entier!  Une photo commémorant cet exploit a bien sûr été prise. Le groupe peut d’ailleurs en être fier.

Tout au long de la descente et de la montée, des vues à couper le souffle se dessinaient sous nos yeux.  Nous nous arrêtions de temps en temps, afin d’en savourer toute sa splendeur.  Il faisait bon de demeurer ensemble, tous silencieux.  La plate-forme du glacier nous a offert une image parfaite de ce que plusieurs ont nommé: le paradis!  Nous avons alors su qu’il existait.  À l’intérieur, une couleur gris-blanc émergeait du tunnel.  En poursuivant notre chemin, nous assistions comme par magie, à sa transformation parsemée de doux reflets bleutés . Nous en sommes ressortis tout simplement enchantés, émerveillés et peut-être aussi nous-mêmes intérieurement transformés. Une vraie beauté naturelle!

Malheureusement, toute cette beauté risque de disparaître compte tenu du réchauffement climatique. Un nouveau lac est en train de se former au bout du glacier. Le glacier du Rhône parcourt chaque année 30 à 40 mètres, parfois plus de 10 cm par jour.  Sa superficie de 17 km2 comme la plupart des glaciers alpins, a passablement reculé depuis le milieu du XXe siècle.  L’été, une grande quantité de glace fond.  La grotte de glace, qui fait plus de 100 mètres de long, n’en fait plus que 70, à la fin de la saison. 

Après une remontée plutôt ardue et entrecoupée de petits arrêts fréquents, nous avons profité d’une petite pause en allant diner à l’hôtel Alpenrösli situé non loin. Par la suite, nous avons continué notre route, en passant par Gletsch et ce, avant de débuter la traversée du Col de Grimsel (2 165 mètres), vers le Haslital dans l’Oberland bernois.

Le hameau de Gletsch est le dernier lieu habité de la vallée de Goms, avant les deux grands cols alpins que sont le Grimsel et la Furka. Situé juste dessous le glacier du Rhône, que l'on aperçoit depuis le hameau, celui-ci est habité que de juin à septembre pour cause de sécurité.  En effet, il se situe dans une zone à très grands risques d'avalanches.  Avant de devenir un point de rencontre touristique, Gletsch était un poste de transit pour le transport alpin. C'est ici que les voyageurs changeaient de chevaux, et se restauraient au plus grand hôtel de Suisse de l'époque. Vers 1900, les écuries attenantes à l'hôtel pouvaient accueillir jusqu'à 200 chevaux. Puis, vint la construction des routes alpines et des trains de montagnes, dont le fameux train à vapeur Furka-Bergstrecke (Furka-Oberalp-Bahn), qui fut remis en service, grâce à des nostalgiques, dans les années 1990.

Le col de Grimsel quant à lui, se situe sur la ligne de partage des eaux entre le Rhin et le Rhône. La route du col traverse une région montagneuse aride, qui poursuit sa montée par des gorges de plus en plus étroites, d’une beauté sauvage. Sur la route, nous y avons vu des parois de granit abruptes, des hauts murs de barrage et des centrales hydroélectriques. La route, ouverte en 1894, a une longueur de 33 km. Le col du Grimsel est aussi parfois gravi, lors de courses cyclistes, telles le Tour de Suisse. Et … cœurs fragiles s’abstenir (ou s’y préparer!).  C’est par le partage de granules naturelles contre la nausée, que nous avons traversé le col pour y apercevoir, des images dignent d’un conte fée.

Ensuite, nous avons fait un arrêt à Brienz, petit village de sculpteurs oberlandais. Allongé
au bord du lac du même nom, face aux splendides chutes du Giessbach, Brienz est une des stations estivales de l'Oberland bernois, qui a le mieux conservé son cachet rural traditionnel. Réputé pour ses sculptures sur bois, le bourg possède aussi une école professionnelle assurant la continuité de cette tradition, ainsi qu'une école de lutherie. 
Grâce à sa situation et l’effet adoucissant du lac, Brienz jouit été comme hiver, d’un climat de montagne doux. Ce village possède un charme pour ses ruelles et ses chalets typiques, tout en offrant une vue sur les Alpes bernoises. Les maisons ainsi que les chalets agrémentés de compositions florales devant leurs fenêtres, ont su attirer toute notre attention.

Nous avons poursuivi par le col du Brünig, situé à 1 008 mètres d'altitude. Sa route fut tracée entre 1861 et 1868 et possède une longueur de 20 km.  Elle relie Meiringen à Lungern et permet d'atteindre, la station de sports d'hiver Hasliberg.  Ce col est également connu comme faisant partie d’une des étapes des chemins de Compostelle, et du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle depuis Einsiedeln. Évidemment, les cœurs fragiles ont eu à se partager leurs petites granules.  Peu importe, la vue exceptionnelle en vallait le petit inconfort!

À la suite de cette magnifique journée, nous sommes arrivés dans la ville de Lucerne, au lac des Quatre-Cantons. Ce lac est encadré de montagnes mythiques: le Pilate et le Rigi, et mesure 38 km de long.  Il est situé à 434 mètres au-dessus du niveau de la mer et s'est formé, lors du retrait du glacier de la Reuss, à la fin de la dernière période glaciaire, il y a 12 000 ans.  Il s’avère encore possible d'observer les restes de ce phénomène, au Jardin des Glaciers de Lucerne.  De par sa taille, la lac des Quatre-Cantons est le deuxième (après celui de Neuchâtel), entièrement situé en Suisse. Il est également le lac offrant la plus grande diversité de paysages. Pour le contempler d'en haut, des belvédères ont été aménagés sur le Rigi-Kulm.

Nous avons pris le chemin vers l’hôtel Drei Konig, pour s’y installer 2 nuits.  Situé au centre de la Lucerne, ce ravissant hôtel dégage une atmosphère, qui inspire à la détente.

Un peu plus tard, nous sommes repartis pour un souper-spectacle dansant, dans un restaurant typique, le Stadtkeller.  Et vous voulez savoir si certains avaient encore l’énergie pour danser?  Eh bien croyez-le ou non, TOUT LE GROUPE a participé aux danses. C’est exactement ça, UN BON GROUPE!

Les photos suivront sous peu (avec un petit retour aussi sur la journée d’hier pour y ajouter des photos dont celles du souper).

 

 

Photos

Voir plus

Vidéos

YouTube
YouTube