Jour 10, le jeudi 10 novembre 2011

Excursion à Petra

WOW quelle belle journée nous avons eue !!! Il faisait un magnifique soleil et un bon 24 degrés dans la baie d''Aqaba. Cette ville de 80 000 habitants est un endroit recherché par les amateurs de plaisir balnéaire. Aujourd''hui, c''était fête en Jordanie et la ville était très animée. Nous avons rencontré nos 2 guides sur le quai à notre descente du navire et tous étaient prêts pour la belle journée vers Petra. Environ 1h45 de route entre le port et le site de Petra. Le coût de la vie est bon ici à Aqaba mais je dois vous dire que juste le prix d''entrée pour la visite du site était de 70 $ US et pour ce prix, rien d''autre que l''entrée. Le gouvernement charge beaucoup afin d''améliorer le site et continuer les recherches mais aussi il doit payer des redevances à plusieurs dont les fameuses charettes pour 2 personnes avec un conducteur.

Notre guide nous a entretenus sur le pays, ses coutumes, la religion, leur vie quoi ! Très intéressant, car nous sommes dans un secteur chaud. De l''autre côté de la baie se trouve Eilat en Israël où nous serons samedi. Pas trop de navigation à faire pour y arriver.

Comment venir à Petra sans vous parler de l''histoire de ce site aussi mystérieux que magnifique. Petra est une ancienne cité située dans l''actuelle Jordanie, au coeur d''un bassin bordé par les montagnes qui forment le flanc oriental de l''Arabah, grande vallée prolongeant le grand rift vers le nord et qui s''étend de la mer Morte au golfe d''Aqaba, à une altitude de 800 à 1 396 mètres au-dessus du niveau de la mer, dans le fond de vallée de la région montagneuse d''Édom. Créée dans l''Antiquité vers la fin du VIIIe siècle av. J.-C. par les Édomites, la ville de Petra fut ensuite occupée vers le VIe siècle av J.-C. par les nabatéens qui la font prospérer grâce à sa position sur la route des caravanes transportant l''encens, les épices et d''autres produits de luxe (soie en provenance de l''Inde, ivoire en provenance d''Afrique, perles de la mer Rouge, etc.) entre l''Égypte, la Syrie, l''Arabie du Sud et la Méditerranée. Vers le VIIIe siècle, la modification des routes commerciales et les séismes entraînent l''abandon progressif de la ville par ses habitants. Petra a abrité à son apogée jusqu''à vingt-cinq mille habitants. Tombé dans l''oubli à l''époque moderne, le site est redécouvert par le monde occidental grâce à l''explorateur suisse Jean-Louis Burckhardt en 1812. Ses nombreux bâtiments, dont les façades monumentales sont directement taillées dans la roche, en font un ensemble monumental et unique.

La présence d''eau et la sécurité apportée par le site ont fait de Petra une halte naturelle au croisement de plusieurs routes caravanières. L''activité commerciale engendrée par les caravanes et les taxes perçues produisaient d''importants profits pour les nabatéens. De ce fait, la ville abrita du Ve siècle av J.-C. au IIIe siècle un important marché. À l''origine, les nabatéens étant un peuple nomade, leurs constructions sont de simples tentes en peau de chèvre. Par la suite, les habitations très simples sont taillées dans la roche: pourvues de façades lisses, elles sont dotées d''une porte excavée dans la partie inférieure avec une ou deux découpes en forme d''escalier. C''était une adaptation nabatéenne des tombeaux de Syrie. Étant en contact constant avec les civilisations environnantes, ils s''inspirèrent du style de plusieurs d''entre elles, en particulier d''Alexandrie. Au 1er siècle démarre la construction de structures monumentales: le Deir et les tombeaux du Palais et du Corinthien. Durant le IIe siècle, les bâtisseurs de la cité adoptent des détails architecturaux hellénistiques (frise, architrave, pilastre...) et créent un nouveaau style de chapiteau encore aujourd''hui appelé "nabatéen". Ils utilisent de plus en plus de structures uniquement décoratives, dont certaines inspirées de la culture autochtone: rosettes, animaux de la région ou d''ailleurs, sculptures inspirées de la Grèce antique, de sphinx, de griffon...Les familles les plus riches de la ville embauchent des architectes pour créer des tombeaux comportant des façades très décorées. Ils font également décorer l''intérieur de leurs demeures, le stuc y étant peint en couleurs vives. Strabon dira qu''à Petra les autorités " condamnent publiquement à une amende ceux qui diminuent leur richesse et confèrent des honneurs à ceux qui les augmentent". Les habitants font étalage de leurs richesses en faisant construire des tombeaux et des monuments imposants.

La plupart des bâtiments de Petra ne sont pas construits sur un quadrillage de voies mais sur les terrasses naturelles le long des parois des vallées, ou creusées à même la roche. Les quartiers sont centrés sur les sources et ont pu débuter en tant que simples camps tribaux. À ez-Zantur, un quartier au-dessus de la voie romaine, on trouve des traces d''une habitation en pierre du 1er siècle av J.-C. et sur le même emplacement, une riche villa construite au 1er siècle. Les architectes planifient leurs oeuvres en sculptant des plans sur la roche à des hauteurs allant jusqu''à 30 mètres. Ils pouvaient construire une façade de deux manières: de haut en bas avec une seule équipe ou avec deux équipes travaillant simultanément, une partant du haut et une autre du bas. La relative bonne conservation des monuments vient du fait que, par tradition, les habitants des villages voisins "entretenaient" la cité et ce jusqu''aux environ du XIXe siècle.

Construit au 1er siècle, un théâtre romain taillé dans la roche pouvait accueillir de 3 000 à 8 500 personnes, selon les sources. C''était un mélange de roche taillée et de maçonnerie, il y avait un orchestre semi-circulaire et des gradins en trois niveaux superposés en forme de lune croissante. Le théâtre a été découvert en 1961 et exhumé par une équipe d''archéologues américains. Des chambres funéraires enclavées dans le massif rocheux situé derrière le théâtre avaient été mises au jour lors de sa construction. Le Qasr al-Bint était un des principaux temples de la cité et une des rares structures construites plutôt que creusées dans la roche. Détruit par un tremblement de terre, il fut reconstruit. Beaucoup des plus grands monuments furent construits pendant le règne du roi Arétas IV (de l''an -9 à l''an 40). Pendant la domination byzantine, on construit de grandes églises fastueusement décorées de pierres venant de la Grèce, d''Égypte et d''autres terres lointaines. On utilise souvent du marbre et du granit des anciens temples nabatéens et romains. L'' "Église byzantine" découverte en 1990, a été bâtie au Ve siècle et se trouve au nord de la rue à colonnades. À l''époque, elle était décorée de mosaïques et de tesseras en verre et en pierre, parfois recouvertes de feuilles d''or. Son style était plutôt gréco-romain avec des détails inspirés de Petra et de ses environs, ses plantes et ses animaux. L''église est victime d''un incendie à la fin du Ve siècle qui détruit le marbre, éparpillé en plus de 4 000 fragments retrouvés par les archéologues, et abîme plus de 140 papyri gardés dans une chambre connexe par une famille aisée.

La visite de Petra fut magnifique malgré une marche d''environ 4 km pour y arriver. Petra, le site le plus magique du Proche-Orient, élu parmi les nouvelles merveilles du monde par des millions d''internautes, est une double merveille: naturelle et architecturale. Sculptée dans la roche, secrètement cachée à l''abri des montagnes, dans un dédale de failles granitiques, Petra a longtemps tu son existence. La cité caravanière nabatéenne se laisse désormais admirer, pas à pas, à la lumière vaporeuse du soleil de Jordanie. Depuis le 6 décembre 1985, cet ensemble monumental et unique est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l''UNESCO. La zone autour du site est également, depuis 1993, un parc national archéologique. 

Pour y accéder, il faut emprunter une faille aux couleurs impressionnantes, le Siq, longue d''un kilomètre, dont la largeur varie entre 3 et 11 mètres et la profondeur entre 5 et 200 mètres. Les parois sont si hautes qu''elles empêchent presque la lumière de passer et donnent au moindre bruit de bien curieuses résonnances. Aujourd''hui encore, Petra fascine les voyageurs du monde entier, tant par son emplacement que par sa beauté. Sa construction en grès au pied des falaises multicolores lui donne un charme quelque peu mystique. Petra tire son nom du grec "pierre" ou "roche", mais son premier nom était "Reqmu" qui signifie multicolore. Ces deux noms correspondent bien à la particularité de Petra où les grès, des roches déchiquetées, façonnés par le vent et le sable, donnent au site son extraordinaire palette de couleurs qui s''étend du jaune au violet en passant par l''orange, le rouge, le vert et le bleu. Ces fantastiques couleurs sont dues aux oxydes métalliques contenus dans les grès. Oxydes de fer pour les rouges, oxydes de cuivre pour les verts et bleus, oxydes de zinc pour les blancs et sulfures pour les jaunes.

Petra est un site archéologique des plus célèbres, où se mêlent les influences de traditions orientales anciennes et de l''architecture hellénistique. Au fond d''une gorge étroite, entre d''immenses parois rocheuses, se niche le fameux "Trésor" de Petra, Khazneh en arabe, coeur d''un ensemble de bâtiments taillés dans la pierre comprenant des monastères, des tombes et des thermes. Le "Trésor" dévoile une façade d''inspiration corinthienne, avec deux niveaux de colonnes, entièrement intégrée à la roche et s''ouvrant sur des salles intérieures vastes et travaillées.

Plusieurs avaient regardé les calèches qui ramenaient les clients au point de départ et s''étaient promis de les utiliser. Ce ne fut pas si facile...de 30 $ US pour la calèche, les prix montaient en trombe avec la demande de plus en plus populaire. On nous a même demandé de payer 100 $ US, quel vol !!!!

Nous sommes donc revenus à pied et pour certains en calèche, s''ils ont réussi à les arrêter. De retour à l''autobus, nous sommes revenus vers le port et que dire de notre incroyable coucher de soleil sur les montagnes. Les photos parlent toutes seules.

Demain, je vous reviens avec notre expédition dans le désert du Wadi Rum.

On fait un super voyage.

À demain

Louise

 

Photos

Voir plus

Vidéos

YouTube
YouTube