Inscrivez-vous à notre infolettre et soyez informé en primeur!
Fermer
1 888 475-9992

Bonjour,

Comme disent certaines personnes dans le groupe, nous sommes "bénis des Dieux", car ce matin, nous avons débuté notre promenade à Carlton Hill sous un ciel nuageux avec une température de 10-12 degrés mais parfois avec des rafales de vent qui décoiffaient un peu...  mais le tout s’est très bien déroulé.

Carlton Hill est une colline dans le centre d'Édimbourg. Le quartier est reconnu comme site du patrimoine mondial de l'UNESCO  On y retrouve le siège du gouvernement écossais avec le bâtiment du parlement écossais et d'autres y bâtiments remarquables tels le Palais Holyrood que j'avais déjà cité auparavant.

La colline est aussi l'emplacement de plusieurs bâtiments emblématiques, le Monument national, le monument Nelson, etc.  La plupart des propriétés sont des maisons particulières  mais il y aussi quelques hôtels dont la renommée n'est plus à refaire dont le Terrasse Hôtel Royal et le Regent terrasse.

Le monument national d'Écosse est un monument dédié aux soldats et marins écossais qui sont morts en combattant les guerres napoléoniennes.  On y retrouve le "New Parliament House" qui est, à vrai dire, l'ancien parlement dont aujourd'hui les bâtiments sont inoccupés.

Le tout nouveau bâtiment du parlement écossais se situe tout près d'Holyrood. La construction du bâtiment a débuté en 1999 et les membres du parlement ont siégé pour la première fois en 2004. C'est la Reine Elizabeth II qui en a fait l'inauguration en l'absence de son architecte et concepteur principal Enric Miralles. D'origine espagnole, Miralles est décédé avant l'achèvement de son projet.

Après le repas du midi, nous nous sommes dirigés vers la cathédrale St-Giles où nous avons rencontré notre guide Frédérique qui nous a fait découvrir les caves et souterrains  d'Édimbourg.

Les châteaux en ruines au bord d'un loch, les portes cimentées dans des tunnels humides et sombres ont toujours stimulé l'imagination des âmes romantiques. Les Écossais, en gens avisés, ont bien exploité le filon.  Les fantômes naissent au XIXe siècle de la fièvre spéculative et du romantisme ambiant.  La présence dans la demeure s'avère une plus-value pour sa valeur immobilière. Une des raisons pourquoi la ville d'Édimbourg est une ville de mystères et de magie, c'est que la ville possède une face cachée. La fin du XIIIe siècle a été un moment de grande expansion et d'innovation à Édimbourg. Pour améliorer l'accès dans la vieille ville et les nouvelles constructions, deux énormes constructions sont érigées, les ponts nord et sud. En 1790 près d'une centaine d'entreprises étaient actives sur le pont sud avec des ateliers dans les caves en dessous. Outre l'absence de lumière naturelle, les caves souffraient de l'écoulement de du pont sud au dessus somme l'attestent les stalactites.

Mais il existe un côté sombre.... Chaque voûte a son histoire de crimes, de maladies (les gens malades de la peste étaient relégués dans les caves).  Ces bidonvilles souterrains abritaient aussi une faune qui aimait s'amuser: nombre de gentlemans venaient rencontrer des filles et prendre un verre. Notre guide nous raconte que les voûtes abritent des fantômes.  Dans la voûte que nous avons visitée, il y a le fantôme d'un petit garçon . Voulant ramasser son ballon qui avait roulé dans une cave, il s'est retrouvé enfermé.

Notre visite s'est terminée sans l'apparition du fantôme.  Nul doute que c'est une visite intéressante où nous avons appris beaucoup sur la vie d'Édimbourg à cette époque.

Après cette visite, certains voyageurs en ont profité pour explorer cette portion de la Golden Mile où plusieurs boutiques-souvenirs ont pignon sur rue.  Ensuite s'en est suivi le souper.

Merci de nous lire

Raymond et ses voyageurs

Photos

Voir plus

Vidéos

YouTube
YouTube