Accompagné par
Guidé par
Villes visitées

Le vendredi 5 décembre 2014 : Récit 6

Philipsburg, St-Martin

Aujourd’hui, nous avons fait escale dans mon île préférée. J''aime le côté amical des locaux, qui considèrent les touristes comme des St-Martinois d''adoption. Tous s''aident et se parlent.

La température est chaude et il fait au moins 29 degrés Celsius. Mais, c’est nuageux, ça donne une petite chance pour faire la visite de l''île. Oups, j’avais oublié que vous êtes dans le froid et la neige!

Quoi de mieux que d’avoir un guide de…. Trois-Rivières et même natif de St-Tite! Guy Mercure est son nom, wow, wow, wow.

L’île de Saint-Martin a une double personnalité et ses deux visages rivalisent pour nous séduire. Faisant partie à la fois des Antilles françaises et des Antilles néerlandaises, son nom est double lui aussi : Saint-Martin pour les Français et Sint Maarten pour les Hollandais. Politiquement parlant, l’île poursuit la plus longue des histoires d’amour depuis 1648. Français et Hollandais se sont partagés les pouvoirs en toute harmonie. Lors de la division du territoire, la France reçut 54 km², la Hollande se contentant de 41 km2, mais sa part incluait les importants marais salants situés près de Philipsburg. Ces premiers colons français et hollandais se mirent d’accord sur un autre point : aucun impôt ne frapperait les marchandises importées. C’est pourquoi, aujourd’hui encore, on peut y faire nos achats hors taxe. Théoriquement, il existe une frontière, mais elle n’est gardée ni d’un côté, ni de l’autre et l’on n’y voit pas l’ombre d’un douanier! Chaque partie a son identité propre. Le côté hollandais est l’un des endroits les plus animés et les plus cosmopolites des Caraïbes, tandis que le côté français aime paresser langoureusement au soleil.

Monsieur Mercure nous fait visiter plusieurs belles parties de l’île; ce grand tour est adapté spécialement  pour nous. Plusieurs constructions dans l’île sont par des Montréalais ou Canadiens. Après Philipsburg, nous passons par l’aéroport pour voir atterrir un avion. Les gens sont vraiment accrochés à la clôture et prêts à tout pour immortaliser leur aventure. Plusieurs sont mal préparés ou mal informés et tombent à la mer ou perdent des bien précieux. Nous continuons vers Terre basse. Un arrêt à Marigot devient un incontournable afin de faire un peu de magasinage pour les souvenirs. Nous voilà repartis. Nous avons fait un petit détour dans le village de Grand Case avant d’arriver à notre rendez-vous, « l’Oriental Bay », afin de se baigner et de manger au restaurant bar sur la plage, le « Kon Tiki ». Quoi de mieux pour dîner qu’un bon club sandwich directement face à la mer. Nous avons eu beaucoup de plaisir avec les employés et nos guides, Guy et Stéphanie. Ça fait du bien de se retrouver en été durant quelques jours…

Nous sommes ensuite retournés tranquillement vers notre bateau en faisant un petit arrêt dans le quartier d''Oyster Bay. C’est un beau coin de l’île et selon monsieur Mercure, il est très apprécié de plusieurs Québécois.

Nous voilà de retour au navire, la tête et la caméra remplies de belles images paradisiaques.

Une grosse soirée bien garnie nous attendaient : souper asiatique, spectacle, casino, promenade à l’extérieur sous les étoiles, etc…

Vous ne me croirez peut-être pas, mais je n’arrive pas encore à faire le tour du navire. Il y a tellement à voir, je vous garde ça pour les 3 jours en mer, dans mon récit spécial technique.

C’est maintenant le temps d’aller au lit.

Merci de suivre nos aventures, j’espère vous donner un peu de chaleur dans vos journées plutôt froides.

Bonne nuit!

Pierre

Message :

Lise et Denis veulent souhaiter bonne fête à Sylvie, bienvenue dans le club des 60……

Bonne fête à Isaac Simard de la part de Papi Simard et de Rita, Gros bizous xxxxxx (Au moment de lire ces lignes, ce sera ta fête.)

 

 

Photos

Voir plus

Vidéos

YouTube
YouTube