Accompagné par
Guidé par
Villes visitées

11e récit – 15 février – Ste-Lucie


Notre arrivée à Ste-Lucie s’est effectuée vers 9h00 finalement.  Ste-Lucie ne ressemble à aucune des îles que nous avons vues jusqu''à maintenant.  Montagneuse et ornée de végétation de toutes sortes, c’est ce en quoi consiste le décor. 
Cette île s''étend sur 27 miles de long et 14 de large.  Beaucoup plus petite et circulaire que les autres qui étaient faites plus sur la longueur.  Aucune route au centre ou qui traverse le pays, beaucoup trop de montagnes : on utilisera donc les routes qui longent les côtes.  Quand on dit côtes eh bien cela signifie chemin en zig-zag.  Heureusement que personne n’a le mal des transports.  Tout ira de ce côté.

Ste-Lucie est une île volcanique et culmine à 950 m d''altitude au mont Gimie.  Deux autres volcans, le Gros Piton et le Petit Piton, sont situés entre Soufrière et Choiseul sur la partie occidentale de l''île.  Ils font partie des sites inscrits au Patrimoine mondial de l''UNESCO.  La capitale de Ste-Lucie est Castries où habite le tiers de la population du pays.  Les autres grandes villes sont Soufrière, Gros Islet et Vieux-Fort.  Le climat est tropical, modéré par les vents du nord-est, et possède une saison sèche de janvier à avril et une saison des pluies de mai à décembre.

Ste-Lucie est située sur le bord oriental de la mer des Caraïbes.  Elle fait partie des îles du vent.   Elle est située entre, au sud, St-Vincent-et-les-Grenadines, au sud-est, la Barbade et au nord, la Martinique.  D''un côté de l''île il y a la mer des Caraïbes et de l''autre l''océan Atlantique.

Ste-Lucie est une colonie anglaise et la langue parlée du pays est donc principalement l''anglais mais le créole est parlé par 81% des gens de l''île.  Population de près de 173 000 habitants dont 81% sont d''origine africaine.  Toutes les religions y sont représentées : catholique 70%,  pentecôtiste, Jéhovah, anglicans et bien d''autres.  Le tourisme constitue la première source de revenus du pays et la seconde est l''agriculture : bananes à 80%, mangues - plus de 30 variétés et avocat.  L''industrie pétrolière a aussi une grande place.  On trouve dans l''île deux aéroports, un pour les avions locaux et l''autre pour l''international.

Sitôt arrivés à l''île, nous aurons un autre tour avec encore un groupe enjoué et drôle.  On rit beaucoup sur cette croisière.  Notre guide Denys nous accueillera en créole bien entendu.  Nous quitterons alors Castries pour nous rendre au sommet d''une montagne afin d''y apercevoir Castries et son port et évidemment notre navire le  Celebrity Eclipse.

La route est sinueuse car le relief de Ste-Lucie est très montagneux.  Danielle me mentionnera avoir l''impression de se retrouver en Afrique tellement la végétation est dense surtout lorsque nous arriverons dans la forêt tropicale.  Tout en roulant, Denys nous expliquera que les anglais et les français auront combattus 14 fois entre eux pour avoir l''île, principalement à cause de sa richesse en eau de source naturelle.  C''est donc à la vue de cette baie de Marigot qu''on pourra s''imaginer ces nombreux navires de colons autrefois en bataille les uns contre les autres.  Zone protégée et une merveille de l''île, cette baie est entourée de grandes forêts de manguiers.  Dommage que ce ne soit pas la saison. 

On poursuit ensuite notre route vers une plantation de bananiers où l''on s''arrêtera pour en déguster une ou deux et avoir les explications sur la culture de bananes.

En nous rapprochant du littoral, nous croiserons des villages de pêcheurs.  On en compte encore sept à l''île.  Arrêt photo pour immortaliser ces moments bord de mer.  On peut y voir de belles petites maisons typiques de ces villages de pêcheurs. 

On poursuit toujours notre  route vers  le sud de l''île.  On croise Anse La Raye, Canaries et bien d''autres.  On voit ici l''influence jadis d''une colonie française.

Un peu avant d''aller dîner, nous arrêterons voir un jardin botanique rempli d''oiseaux du paradis. Ces fleurs sont magnifiques !  On y retrouvera aussi plusieurs espèces de toutes sortes comme le cacaotier, le Bande, l''arbre de caoutchouc et j''en passe.  Quelles couleurs!  Pour couronner le tout une chute naturelle de plusieurs  mètres attire notre attention.  WOW!  On déambule ensuite pour écouter les oiseaux et sentir l''odeur de  toutes ces belles fleurs.  Magnifique marche pour dégourdir aussi nos jambes.

Vers l''heure du dîner, notre guide nous proposera un dîner typique de Ste-Lucie.  Nous mangerons alors avec les gens locaux dans un restaurant du village.  Poisson, poulet, riz aux lentilles, patates douces et bien des légumes du pays.  Délicieux et copieux repas.  Vive la différence culinaire !

On repart ensuite pour notre dernière visite, le volcan de la Soufrière.  Un rêve est sur le point de se réaliser pour notre beau Jacques : il rêve de la Soufrière depuis qu''il est tout petit.
On pourra y apercevoir des fumées du volcan encore actif, l''eau en ébullition et l''odeur qui vient avec...  Il paraît que c''est très bon pour les poumons.  Ah bon ?

Une visite guidée qui durera une bonne trentaine de minutes.  Un must à voir sur cette île. Dommage que le temps nous manque car on aurait pu profiter des eaux thermales et du bain de boue.  Une prochaine fois peut-être.  Jacques...mission accomplie !  À voir son sourire, il est très content !

C''est la tête remplie que nous ferons le chemin du retour afin de rentrer à bon port.

Au souper, nous passerons Lek et moi, comme à notre habitude, aux tables et nous en profiterons pour chanter le traditionnel « Bonne fête » à notre beau Paul qui aura droit à son gâteau de la part du navire.  On en profite ensuite pour envoyer des photos à leurs enfants chéris.  BONNE FÊTE CHER PAUL!

Dodo bien mérité ce soir.  À demain tout le monde, Antigua nous attend !

Lek et Louise

Photos

Voir plus

Vidéos

YouTube
YouTube