Accompagné par
Guidé par
Villes visitées

Jour 4 : le lundi 26 janvier 2015

Bali

Le soleil est au rendez-vous et on le souhaite jusqu''à la fin de la journée pour bénéficier de notre sortie pour admirer le coucher du soleil, à côté du temple de Tanah Lotte. Il fait chaud et humide. Malgré l''heure tardive à laquelle la majeure partie des gens se sont couchés après un bon souper, tout le monde était réveillé aux aurores. Frais et dispos, souriants et de bonne humeur, prêts pour l''aventure sous une température chaude et très humide. Un petit groupe tout à fait charmant, qui croyait prendre du temps pour apprendre les noms, mais pourtant, les liens se sont vite créés, si facile avec des gens aussi sociables. Sudiana était à l''avance et nous a donc permis de prendre des photos avec lui avant notre départ.

Nous savions déjà que venir à Bali était une quête vers la zénitude, j''avais déjà cassé les oreilles au groupe sur les bienfaits de l''endroit, sur le sourire et la gentillesse des gens...ils peuvent le constater. D''ailleurs, nous sommes tous en thérapie, Sudiana, notre guide, nous a fait comprendre que nous étions, pour notre bien-être et pour nous guérir du stress...à l''hôpital psychiatrique. C''est fantastique, nous nous guérissons sans médication et les gens se font un point d''honneur de pratiquer l''entraide dans le cadre de leur thérapie. Disons que ça nous a bien fait rigoler.

Batubulan

Un des villages traditionnels majeurs de sculpteur de pierres de Bali. On y retrouve des quantités de petites boutiques où abondent démons, divinités en pierre et dieux protecteurs des demeures des balinais.

Les habitants de cet endroit sont des descendants directs des Brahmanes, venus de l''île de Java au XVe siècle, dont les ancêtres ont influencé l''hindouisme balinais. Village où la sculpture du bois est à l''honneur, on y crée toutes sortes de masques. Étrange à quel point les Balinais utilisent tout leur corps pour créer. Ils se servent de leurs pieds comme étau afin de bien tenir la pièce de bois qu''ils sculptent avec leurs mains. Les conditions de travail nous font réfléchir sur la qualité de celles que nous retrouvons chez nous, mais qui, souvent quand même, nous rendent insatisfaits. Lorsque nous avons le privilège de voyager et de voir comment ça se passe ailleurs, eh bien, ça nous permet d''apprécier davantage notre sort. Les sculptures, faites à la main, sont fabriquées à partir de trois différentes essences de bois, le plus cher étant le bois de santal, utilisé surtout pour les divinités. Il y a aussi l''hibiscus et le bois crocodile, un vois blanc, ainsi nommé à cause de toutes les bosses que l’on retrouve sur l''écorce et qui ressemble à la peau du crocodile.

Celuk, village où le travail d''orfèvre est à l''honneur. On y travaille de façon minutieuse l''or et l''argent pour y créer des bijoux fantastiques. Nous nous sommes donc arrêtés chez le plus grand joaillier de l''endroit, UC Silver, afin de voir avec quelle délicatesse et quelle minutie les employés s''appliquent à créer des bijoux. Certaines d''entre nous se sont faites des petits plaisirs et elles ont profité de l''occasion pour se gâter.

Sukawati, autre endroit de prédilection pour les achats, les négociateurs sont les bienvenus, on fait tout en douceur son prix, sans se laisser démonter par l''impression de se faire jeter un sort si on n''achète pas. On y retrouve toutes sortes de trésors du pays, confectionnés à la main.

Ubud, cœur culturel de Bali, capitale des arts. On y retrouve tout autant du moderne avec des boutiques plus spécialisées de vêtements griffés et un marché où les objets hétéroclites et les victuailles se mélangent aux différentes odeurs de poissons et d''épices. Cette ville regorge de peintres, de sculpteurs et de joailliers. Se promener au cœur de cette ville est tout à fait une balade sécuritaire et permet d''admirer les artistes à l''œuvre, d''arrêter prendre un thé ou un repas aux arômes délicieuses. Les chauffeurs de taxi vous arrêtent pour offrir leurs services et sont spécialement courtois même si vous refusez leur offre. Nous avons pu voir à quel point des femmes, même avec peu de temps, peuvent réussir à se trouver des sarongs et des robes. Notre visite fût courte, mais profitable. Petite déception, pas assez de temps pour le marché, alors nous organiserons probablement une sortie à Ubud lors de notre jour de congé.

Quel bonheur que de s''arrêter pour partager un repas dans un décor fantastique. Notre dîner fût réussi, tout le monde était très zen et surtout émerveillé de la beauté des lieux. Le restaurant Talisman est situé au cœur d''une falaise, entouré d''arbres et de rizières. Une petite bintang à votre santé, avec la chaleur et l''humidité élevée, une bière était bienvenue.

Forêt des singes, peuplée de quatre colonies de macaques crabiers qui sont vénérés dans la religion hindoue. Ce lieu extraordinaire est au cœur de la ville d’Ubud. On y retrouve trois magnifiques temples, dont le temple de la mort, qui semble faire partie intégrante d''un film d''Indiana Jones. Cette forêt regorge d''arbres différents, représentant 115 espèces, dont certains sont centenaires. Ces arbres magnifiques protègent des intempéries et du soleil comme si un toit protégeait la tête des gens. La forêt, désormais protégée, accueille plus de 600 singes contrairement à 70 en 1986. Il faut être vigilant, ces petits voleurs peuvent partir avec lunettes, colliers, ou tout autre objet ou nourriture que vous avez sur vous. C''était si beau de voir les yeux attendris de plusieurs dames de notre groupe, dont les belles Linda, lorsqu''elles ont découvert de touts petits bébés singes qui ne pouvaient se permettre de se sauver bien loin, et que maman les ramenaient près d''elle en les tirant par la queue.

Temple Taman Ayun, constamment enrichi et rénové depuis sa fondation au XVIIe siècle, il est le temple de la famille royale Mengwi. Entouré de larges douves peuplées de nénuphars, on y accède par un pont, et par la suite, nous traversons une porte monumentale qui donne accès à un paisible jardin. Au fond du temple se trouve la deuxième enceinte et ses élégants mérus alignés. Le plus remarquable temple est dédié au Mont Agung, avec ses onze toits, le plus grand nombre possible donc le plus saint. Les autres mérus sont dédiés au Mont Batur, à la déesse Sri, déesse du riz, ou aux dieux ancestraux du royaume Majapahit, qui colonisa Bali au XIVe siècle. Temple divisé en trois parties, une des parties est celle des désirs, parce qu''on est encore au stade d''avoir des désirs. On y retrouve des combats de coqs, ce qui termine la cérémonie, des paris se font afin que les gens assistent davantage. On garde les coqs dans une cage pour qu''il conserve leur agressivité et qu''ils soient plus forts lors des combats. Tout au long de la route, nous avons pu voir plusieurs cages avec des coqs. Là où on se trouve, il y a trois temples, deux extérieurs et un intérieur. Nous ne pouvons pas entrer dans ce dernier, puisque nous ne sommes pas des fidèles.

Temple Tanah Lot. Il est probablement le temple le plus photographié de Bali. Tanah Lot signifie terre et mer, ce qui est bien choisi étant donné son cadre spectaculaire, au sommet d''un imposant rocher surplombant la mer. Il est dédié au dieu de la mer. L''histoire veut que le saint prêtre Danghyang Nirarta ait passé la nuit à cet endroit et que les habitants de Bali aient décidé de construire le temple sur le lieu de son repos. Il existerait sous Tanah Lot une grotte abritant une source magique. Curieusement, l''eau de la source est douce, alors que le temple est entouré par l''océan et ses eaux salées. En soufflant sur les nuages, nous les avons poussé assez loin pour que nous puissions profiter du paysage, pour la plupart assis sur le bord de la falaise à attendre le moment magique où le décor se transforme pour faire place à une des plus belles œuvres de l''univers, ou de Dieu, quel que soit son nom...le coucher du soleil, avec le bruit des vagues. Comment ne pas devenir zen?

Sudiana nous a entretenus de plusieurs beaux renseignements concernant son magnifique pays natal. Je vous en propose et d''autres vous seront ajoutées tout au cours de notre périple sur l''île de guérison, l''île de Bali. Un enfant balinais consomme 8 kg de riz par mois tandis que chacun de ses parents en consomment 10. Comme la quantité est énorme, il arrive parfois que la culture sur l''île ne suffise pas à en produire suffisamment, donc ils doivent en importer du Cambodge.

Nous pensons à vous...en fait...pas tant que ça...vous nous comprendrez c''est certain, nous allons de découverte en découverte et profitons de chaque moment, partagé en agréable compagnie. Nous arrivons tard à l''hôtel, ce sera le temps du souper et du dodo dans nos lits confortables et nos très belles chambres de l''hôtel Conrad.

Bonne journée à vous, pour la bonne nuit pour nous.

À demain,

Andrée

Photos

Voir plus

Vidéos

YouTube
YouTube