Accompagné par
Guidé par
Villes visitées

6e récit – 31 mai - Libourne

Fondée en 1270, Libourne est une bastide portuaire anglaise situé au confluent de deux rivières, l’Isle et de la Dordogne.  C’est le chevalier Sir Roger de Leyburn, nouvellement promu au grade honorifique de Lieutenant du Roi qui fut chargé de sa construction et qui lui laissa son nom.  Au fil des siècles, Leyburn se francisa pour devenir Libourne.  Elle doit sa prospérité au commerce du vin principalement, mais aussi du bois et du sel.  Sa richesse patrimoniale en fait une cité de charme avec notamment sa place centrale entourée d’arcades, son hôtel de ville du XVe siècle, ses quais et sans oublier son incontournable marché qui se tient sur la place centrale 3 fois par semaine depuis 600 ans!  Jour de chance pour nous puisqu’aujourd’hui c’était jour de marché!  De nombreux kiosques et boutiques nous proposaient fruits, légumes, pâtisserie, chocolats, viandes, charcuteries, fleurs, vêtements, tissus et évidemment quantité de bouteilles de vin puisque Libourne a le privilège de se trouver au cœur des plus grands crus de Saint-Émilion.

Sur la route des vins de Bordeaux, il n’y a pas seulement des champs de vignes à perte de vue attirant notre attention; l’architecture des bâtiments vaut à elle seule le voyage.  L’architecture s’exprime d’une manière particulière propre à cette belle région.  Tout d’abord, nous remarquons l’utilisation presque uniforme des pierres de calcaire provenant de la région.  Elles sont de couleur beige.  Étant une pierre poreuse, elle nécessite un nettoyage à l’aide d’un fin jet d’eau à tous les 30 à 40 ans, sinon l’extérieur des édifices devient noirci et perd ainsi son lustre et son charme.  Voilà pourquoi, depuis une dizaine d’années, une attention toute particulière est portée au nettoyage des bâtiments historiques.  L’évolution des styles architecturaux au travers les siècles nous donne aujourd’hui des façades élégantes avec des petits balcons bordées de rampes en fer forgé.  Nous y voyons parfois des mascarons, ceux-ci sont des visages et des figures et ils reflètent l’histoire de la ville ou bien sont l’expression de divers symboles.  Ils sont souvent situés sur la clef de voûte des arcs des fenêtres ou des portes ou sur les linteaux.  À Bordeaux, on en recense plus de 3 000, et il y en a dans toute la région.  Nous en avons photographié quelques-uns et les avons intégrés à nos photos.  Les portes sont souvent en bois et de très belle ébénisterie.  Les toitures sont généralement couvertes de tuiles rouges mais les châteaux quant à eux ont des couvertures faites de pierres d’ardoise grises.

Notre navire étant encore ancré au port de Bourg-sur-Gironde, cet après-midi, nous reprenons notre navigation pour nous rendre à Bordeaux.  Nous y passerons la fin de la journée et la journée de demain.  Nous profitons de ce temps pour flâner sur le bateau et discuter avec les autres passagers.  À bord, se trouve un grand nombre de voyageurs venant de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande, de l’Angleterre, quelques Américains et nous du Québec.  La principale raison étant certainement que le navire Scenic est un bateau australien.  Il est moins connu en Amérique du Nord mais il y deviendra certainement très populaire considérant sa classe, son confort, son élégance et sa bonne cuisine.  Le Scenic Diamond peut accueillir 167 passagers mis à part son personnel soit environ cinquante personnes.  C’est un petit bateau de croisière de luxe, tout à fait propice pour la navigation sur les fleuves et les rivières d’Europe.  Nous avons rencontré bon nombre de personnes préférant ce type de bateau aux grands navires de croisière.  Ils nous disent les trouver plus convivial.  Il suffit seulement de quelques jours pour reconnaître les autres voyageurs à bord du navire ou lors des escales.

Merci de nous suivre


Diane et Michel

 

Photos

Voir plus

Vidéos

YouTube
YouTube