Accompagné par
Guidé par
Villes visitées

9e récit - 29 septembre - Venise, Burano, Murano

Un magnifique lever de soleil.  Une énorme boule rouge-orange s’élève à l’horizon, annonciatrice d’une magnifique journée chaude et ensoleillée.  À 8 heures, nous rencontrons à nouveau notre accompagnatrice Pamela, et après quelques minutes de marche, nous sommes déjà à bord de notre bateau privé qui nous amène après 45 minutes de navigation à l’île de Burano.  (Nous devons savoir aussi que les marais composent plus de 80% de la surface de la lagune de Venise).

À l’origine, c’est une île de pêcheurs, parsemée de petites maisons de couleurs vives, ce qui servaient de points de repères aux marins partis en mer pour qu’ils puissent retrouver leur maison même en temps de brouillard.  La fabrication de la fine dentelle fait aussi la réputation de cette île.  Nous passons par un genre de boutique-atelier qui nous montre la façon de broder cette dentelle.  C’est l’art de la création mais aussi de la patience.  Mais de nos jours, beaucoup de cette dentelle est importée, il ne reste que quelques dames qui en fabriquent; dont la plus vieille a 101 ans
et la plus jeune, début 70.  C’est un art qui est en voie de disparition!

Une particularité, l''église San Martini qui a un clocher qui penche plus que la tour de Pise : ses fondations en sont la cause.  Nous avons remarqué que toute circulation se fait en bateau…nous avons vu un bateau-ambulance, un bateau-corbillard, un bateau-éboueur…  Ce qui nous permet d’apprécier encore plus Venise, c’est le fait qu’il n’y a aucune circulation terrestre.  Tout se fait à pied...ou en bateau!

Après une heure de temps libre à se promener dans ces petites rues étroites qui bordent les canaux, avec des maisons aux coloris diversifiés et petit café sur les terrasses, nous reprenons notre petit bateau pour se rendre sur l’île de Murano.

En 1490, tous les verriers de Venise sont obligés  de quitter la ville pour l’île de Murano.  L’une des explications seraient la peur des incendies provoquées par les fourneaux ouverts, étape cruciale à la fabrication du verre.

De nos jours, on y retrouve 18 fabriques de verre, mais seulement 5 font le travail à la main, les autres sont de la fabrication industrielle.  Le verre quant à lui est fait de sable de silice et a été découvert par les phéniciens.  Les fours sont en fonction 24 heures sur 24 pour que la température soit toujours la même et donc, que la qualité soit
maintenue.  Lors de la fabrication de la pièce, ils doivent avoir une température constante à 1000 degrés Celsius, puis faire cuire la pièce durant 24h à 450 degrés, puis, laisser refroidir durant 24 heures.  Pour devenir maître verrier, oui il y a une école, mais la passation de la connaissance et du savoir-faire se fait plutôt de père en fils.  Il faut contrôler les 4 techniques : l’enroulage, l’étirage, le moulage et le soufflage.  Un truc pour savoir si c’est du vrai Murano, vous devez avoir le nom de la maison ou de l’artiste gravé sur la pièce, sinon, c’est du faux!

Nous nous arrêtons à la maison Mazzega Glass Factory, pour voir, du coté atelier, la fabrication d’une pièce en verre soufflé puis nous passons du coté magasin, qui ressemble à un musée ou plutôt une galerie d’art.  Des pièces, des collections et des créations de toute beauté!  Plusieurs achètent de bien belles petites choses!

Puis nous reprenons notre moyen de transport pour se rendre à la place St-Marc, car nous laissons l’après-midi de libre pour circuler et poursuivre la découverte de cette magnifique ville.  Quel bonheur de se balader et serpenter les petites ruelles, parfois bordées par les canaux…  Certains se rendent à la terrasse gratuite près du pont Rialto, qui offre
une vue incroyable de 360 degrés sur tout Venise.  Wow!  Quel coup d’œil!  Voir les photos.

Pour 18 d’entre nous, nous nous sommes donné rendez-vous en fin d’après-midi pour faire un tour de gondole dans cette cité de l’amour et du romantisme (6 personnes par gondole). 

J’ai personnellement eu le privilège d’assister à l’un des plus beaux témoignages d’Amour (je l’écris avec un grand A) qu’on appelle un évènement important dans la vie d’un couple et que je ne peux passer sous silence.  Ces moments se doivent d’être partagés en guise d’inspiration pour vivre encore plus intensément votre moment présent.  Et oui, Pauline et Pierre ont pensé d’apporter photos de mariage et alliances pour renouveler leur engagement l’un envers l’autre, en se faisant bénir par leurs amis : Lise et Robert.  Des paroles et des souhaits de haute qualité où les intenses
émotions d’un Amour pur, furent prononcées afin de prolonger leur union pour encore 45 années.  Sous le battement des coups de rames du gondolier, même Louise et moi-même ne pouvions contenir nos larmes.  Que c’est beau l’Amour!  Ne le sachant pas, je dois avouer que depuis le début de la croisière, je pensais qu’ils formaient un couple depuis peu, par les étincelles qui éclairent leur regard, leur complicité et de toutes les petites attentions l’un envers l’autre.  Félicitations!  Vous êtes inspirants!  Et personnellement, je vous souhaite longue vie dans ce partage de l’intensité de cet Amour qui vous lie!  Ça demeure pour moi un fait marquant de ce voyage!  Je suis heureux d’en avoir été témoin!

WOW!  Quelle journée.  Et Venise quelle ville incroyable.  Nous avons passé un temps de qualité extraordinaire et ce à l’entière satisfaction de tous!  Merci la vie de nous offrir ce beau cadeau!

On peut affirmer sans l''ombre d''un doute que Venise a cette faculté de vous surprendre et de vous émouvoir.  Venise provoque l''étonnement et le ravissement : c’est une ville unique, qui donne envie d''y retourner et de s''y perdre…

Nous sommes de retour au navire vers 17h15.  Nous assistons au coucher de soleil : comme ce matin au spectacle de cette boule orange-rouge.  Que nous sommes chanceux!

Ce soir, à la place centrale, c’était le bal masqué vénitien.  Musique, danse et party…  Allez; que la croisière s’amuse!

Belles salutations à vous tous, de tout le groupe!

Martin


 

Photos

Voir plus

Vidéos

YouTube
YouTube