Accompagné par
Guidé par
Villes visitées

7e récit - 14 janvier - Colon, Panama


Arrivée du navire à 9 heures, et, tout de suite, nous prenons la direction du quai afin de retrouver notre guide pour l’excursion de la journée.  Une jeune parisienne d’origine antillaise nous accueille.  Eh oui, depuis quelques années, elle fuit la France pour venir enseigner le français et faire de la traduction.

Nous montons à bord d’un minibus confortable et climatisé, ce qui nous rend le trajet des plus agréables, car il fait 31 degré avec un ciel dégagé, donc un gros soleil bien chaud.  Oui, nous avons plusieurs pensées spéciales pour vous chers amis du Québec car il parait qu’il fait frette!! Ils ont une glacière pour nous approvisionner en eau, boissons gazeuses et même de la bière locale bien froide!

Nous quittons la ville de Colon, située du coté de la mer des Caraïbes, pour se rendre à Panama City, du côté pacifique.  Ouf!  Une ville tout de même totalement délabrée, avec de nombreux bâtiments habités dans un état d’abandon!  C’est la ville du Panama où il y a le plus de criminalité.  Pourtant, avant le départ des américains en 1999, c’était une ville relativement prospère par la gestion du canal.  Maintenant que la gestion a été donnée aux
panaméens, on ne peut que constater que l’argent ne va pas dans les poches de ses citoyens.  Comme dans tous les pays du monde, c’est la corruption qui mène!  Ah! L’argent…

Nous passons devant la zone franche, c’est un quartier de la ville qui est pour le commerce étranger, beaucoup moins cher car pas de taxes, mais sans accès pour le peuple, que pour les commerçants!  Le tourisme au Panama n’est vraiment une priorité pour le gouvernement.  Ce dernier tire son principal revenu par le passage du canal, les banques (fait bien connu dernièrement par les Panama papers) et la zone franche (beaucoup tenue par des juifs).  C’est ici à Colon qu’on retrouve la plus grande compagnie de récupération de fer de toute l’Amérique latine, ce pourquoi on voit plusieurs épaves qui attendent leur tour pour se faire démolir et récupérer!

Quelques infos en bref : Panama veut dire abondance de faune et de flore, oiseaux, animaux poissons…  Grande diversité de serpents, environ 37 sortes, dont une vingtaine qui sont venimeux.  Grand producteur de riz : principal mets des locaux puisque c’est une denrée qui n’est pas dispendieuse, bananes, ananas, magnoc et bien sûr le fameux café panaméen (dont le Café geisha, très prisé des chinois car c’est un plant spécial qui ne produit qu’une dizaine de grains, ce qui crée sa rareté.  Un café geisha à New York se vend environ 20$/tasse.   Le salaire moyen est d’environ 250$/mois, mais les employés du canal gagnent en moyenne 800$/mois.

Débuté en 1881, sous la direction de Ferdinand de Lesseps, le canal de Panama demanda 10 ans de travaux titanesques.  La mer des Caraïbes est séparée de l''océan Pacifique par une traversée de 82 kilomètres.  Les écluses de Gatun élèvent les navires d''une hauteur de 26 mètres jusqu''au lac de Gatun.  Aux écluses de Pedro Miguel, les navires descendent de 9,4 mètres jusqu''à un autre lac, avant de descendre de nouveau de 16 mètres lors du passage des écluses de Miraflores et de retrouver le niveau de la mer. Le canal de Panama a nécessité la construction de barrages, dont le plus grand est celui de Gatun (432 km carrés), sur la rivière Chagres.  Le canal de Panama est un canal à écluses.  Les trois jeux d''écluses à deux voies qui jalonnent le canal fonctionnent comme des ascenseurs hydrauliques
pour permettre aux navires de franchir la région montagneuse.  L''eau utilisée pour ces éclusages est celle du lac de Gatun.  Lors d''un éclusage, les portes des chambres sont fermées afin que l''eau, grâce à la force de la gravité, passe du sas amont ou supérieur au sas aval ou inférieur.

Nous avons commencé la visite du canal de Panama par les écluses de Miraflores.  Nous avons été très chanceux car, dès notre arrivée aux écluses, un énorme bateau avec sa cargaison de marchandises s''engageait dans l''écluse de Miraflores.  Nous avons pu admirer tout le processus de ce premier passage d''un navire venant du Pacifique, dont ces petites locomotives qui tirent les bateaux de chaque coté du canal.  Comme les deux océans sont au même niveau, mais qu''une chaîne de montagnes divise le pays du Panama, les navires doivent monter et ensuite, redescendre vers le
Pacifique, d''où l''obligation des écluses du canal de Panama.  Le coût d''un passage est énorme pour ces bateaux, cela dépend de leur tonnage, le prix débute à 200 000$. Depuis l’année passée, un nouveau canal a été inauguré afin de faire passer de nouveaux cargos beaucoup plus gros avec des capacités allant à 8000 containers.  Regardez attentivement les photos!  Nous faisons une courte visite du musée du canal et regardons le film d’une durée de 15 minutes qui explique bien toute l’histoire de la construction et l’exploitation du canal.

Panama city, située sur la côte pacifique à l’entrée du canal, est la capitale du Panama.  Elle compte plus d’un million d’habitants.  Avec le bus, nous circulons sur l’autoroute aux abords de la nouvelle ville, peuplée de ses gratte-ciels mais sans s’y attarder.  Nous poursuivons notre chemin pour faire  une visite pédestre de la vieille ville.  Ce sont des petites rues étroites bordées de vieux immeubles dont la plupart sont dans un état où il faudra prochainement investir de gros montants d’argent afin de faire une cure de rafraichissement.  Quelques-uns ont été rénovés mais il reste beaucoup à
faire.  Nous visitons l’Église San José, on se ballade sur le trottoir surélevé au bord de mer; on aperçoit au loin le Pont des Amériques.  On se laisse un peu de temps libre pour regarder l’artisanat du pays, puis c’est l’heure du retour.  Nous empruntons l’autoroute jusqu’à Colon d’une durée de 45 minutes.  Traversant la jungle et de petits villages. Ca nous donne un bel aperçu de l’arrière-pays.

Comme tous les jours, notre traditionnel apéro au martini bar!!  Puis ce soir, c’est le magnifique spectacle Elysium.  Superbe production : mise en scène, de beaux costumes, qui mettent encore plus en valeur les talentueux danseurs, chanteurs et acrobates.  Superbe show!

Cette nuit, nous devons reculer d’une heure afin de se mettre à l’heure du Costa Rica, en prévision de notre arrivée de demain matin.  Super, une heure de plus à dormir!!

Merci à vous tous de nous suivre!

Belles salutations à Marlène Isabelle de Monique et Jacques Gagnon.  Belles salutations à Francine et Jean-René de Lise et de moi-même!

Martin


 

Photos

Voir plus

Vidéos

YouTube
YouTube