Accompagné par
Guidé par
Villes visitées

4e récit – 1er novembre - Le Cap - excursion vers le Cap de Bonne-Espérance

Quel bonheur d’avoir un groupe aussi enthousiaste et ce, malgré le fait que ce matin, nous devions partir à 7h30.  Tout le monde était au rendez-vous et de bien belle humeur.  Il faut dire qu’il faisait un temps splendide et que notre belle journée était consacrée aux beautés de ce bout du monde africain.

Une autre belle journée en perspective!

Notre visite aujourd’hui sera concentrée autour du Cap de Bonne-Espérance. 

Le cap de Bonne-Espérance est un promontoire rocheux sur la côte atlantique, à l''extrémité de la péninsule du Cap située au sud de la ville du Cap et qui ferme à l''ouest la False Bay. 

Le cap de Bonne-Espérance n''est pas le point le plus au sud de l''Afrique ni le point de division entre les océans Atlantique et Indien.  Cependant, lorsque l''on suit la côte depuis l''équateur, le cap de Bonne-Espérance marque le point psychologiquement important où on commence à voyager plus vers l''est que vers le sud.  Ainsi, contourner le cap en 1488, était un grand objectif dans les efforts des Portugais pour établir des relations commerciales directes avec l''Extrême-Orient.

Comme un autre célèbre grand cap de l''océan Atlantique Sud, le cap de Bonne-Espérance eut, et a encore, une grande importance pour la navigation.

Avec ses divers habitats, allant de montagnes rocheuses à des plages et la mer ouverte, le cap de Bonne-Espérance est habité par plus de 250 espèces d’oiseaux, dont le manchot du Cap.  Les oiseaux de buisson tendent à être rares à cause de la nature du fynbos.  Cependant, lors de la floraison, les proteas et les ericas attirent les nectariniidae, les promerops et d’autres espèces recherchant du nectar.  Durant la plus grande partie de l’année, il y a plus de petits oiseaux dans les taillis de la côte que dans le fynbos.

Les grands animaux sont peu présents au cap de Bonne-Espérance, mais il y a une richesse de petits animaux comme des lézards, des serpents, des tortues et des insectes.  On y trouve aussi de vastes troupeaux de zèbres, d’élans et une grande variété d’antilopes.  Les petits mammifères comprennent le daman des rochers, la Rhabdomys pumilio, la mangouste d’eau, la loutre à joues blanches du Cap et le daim. Des babouins – les chacmas – et des autruches - habitent aussi la région.  J’ai réussi à prendre de belles photos d’élans venus tout près de nous.

On y observe aussi des baleines.  La baleine franche australe est l’espèce la plus fréquente dans la baie de False Bay entre juin et novembre.  D’autres espèces communes comprennent la baleine à bosse et le rorqual de Bryde.  On y voit aussi des otaries, des phoques et des dauphins obscurs, ainsi que très probablement des orques.  Il ne faut pas oublier le requin blanc qui est très présent le long des côtes de l’Afrique du Sud.  Plusieurs stations balnéaires comme Durban ont protégé leur plage avec des filets anti requins mais pas celle que nous avons longé aujourd’hui et où nous avons vu plusieurs braves surfeurs.

La position stratégique du cap de Bonne-Espérance entre deux grands océans fournit une grande diversité de vie marine.  Il y a une grande différence entre le côté ouest et le côté est du cap à cause de la différence de température de la mer.

Le cap de Bonne-Espérance est une partie intégrale du Royaume floral du Cap, le plus petit mais le plus riche des six royaumes floraux du monde.  Il comprend un catalogue de 1 100 espèces de plantes indigènes dont un bon nombre est endémique.

Après notre ascension en funiculaire pour admirer la pointe de ce cap célèbre nous avons repris l’autobus pour se rendre à un endroit magnifique où j’avais réservé le service d’un traiteur pour nous servir le champagne africain.  Une petite surprise pour mes voyageurs afin de célébrer la découverte de cet endroit unique que l’on appelle aussi le bout du monde.  Vous verrez les photos des voyageurs heureux.  J’adore faire ces petites surprises qui font toujours plaisir.  Et que dire du dîner pris sur le bord d’une jolie plage où l’on nous a servi la langouste locale avec du calmar préparé avec soin.  Un pur délice!  Même ceux qui n’aimaient pas le calmar se sont régalé et se sont réconciliés avec ce plat qui, lorsque bien préparé est délicieux.  Et c’était le cas.

De retour en ville nous avons fait une jolie promenade au centre-ville pour voir le palais présidentiel et les beaux bâtiments construits dans un des beaux parcs de la ville.

Puis, nous aurons la chance de participer à un souper traditionnel au Gold Restaurant.  Quelle expérience!!  Un moment panafricain vibrant et éclectique!  Du divertissement dans un pur cadre africain…!   Un cercle interactif de djembés nous a donné l’occasion d’apprendre à jouer de cet instrument typique.  Puis, tandis que nous savourions les plats variés, spécialités du Cap et africaines, les chants et des danses des artistes nous accompagnaient…  Le dépaysement à sa plus simple expression !!  Et je dois ajouter avec la participation de tout ce beau groupe, la soirée a été des plus exceptionnelle et amusante.

Il est l’heure d’aller au lit maintenant car demain la région des vins nous attend avec tout plein de surprises encore une fois.  Il nous annonce un temps splendide.

À demain et merci de nous suivre

Louise

Photos

Voir plus

Vidéos

YouTube
YouTube