Accompagné par
Guidé par
Villes visitées

7e récit - 4 mars - Buenos Aires
 

Encore une journée magnifique qui nous attend!  À notre lever ce matin, la température est des plus confortable surtout que la semaine dernière ils ont eu des records de chaleur qui ont causé bien des problèmes aux visiteurs non habitués aux grandes chaleurs de l’Amérique du sud.  Ils ont eu, avec l’humidité ressentie, plus de 40 degrés donc les visites étaient pénibles.  Pour nous ce matin il y a un petit vent, des nuages mais rien de trop menaçant et environ 22 degrés.  Superbe pour visiter.

Qu''il est agréable de loger dans notre magnifique hôtel situé dans le nouveau quartier chic de Puerto Madero.  Le luxe et le confort sont au rendez-vous!

Donc tout de suite après avoir pris notre petit-déjeuner, nous entreprenons notre découverte de la charmante Buenos Aires.  Dans un premier temps, ce sera l’aspect plus historique de la ville qui sera à l’honneur avec notre charmante guide Karine.

Je vous donne quelques informations sur les endroits/attraits que nous avons eu la chance de voir.

On débute avec la Plaza de Mayo.  Elle est le site central de la ville de Buenos Aires.  Née historiquement de l’union de deux places toutes proches ; la Plaza de la Victoria (place de la Victoire) et la Plaza del Fuerte (place du Fort), après la démolition en 1884 d’une construction qui les séparait.
Sur la place on trouve plusieurs monuments :
•            La statue équestre du général Manuel Belgrano créateur du drapeau de l''Argentine,
•            La Pyramide de Mai commémorant la révolution du 25 mai 1810,
•            Une fontaine avec une réplique du Penseur de Rodin ainsi que des inscriptions rappelant les assassinats
 commis par la dictature militaire et des représentations du châle blanc des mères de la place de Mai, peintes sur le sol.

 
À proximité de Plaza de Mayo se trouve Casa Rosada.  La Maison rose est le siège du pouvoir exécutif argentin, située au centre de Buenos Aires.  Elle doit son nom à la couleur approximativement rose de ses façades.

Elle est située au 50, rue Balcarce, dans le quartier Monserrat, face à la place de Mai.

La Cathédrale métropolitaine de Buenos Aires est la principale église catholique de Buenos Aires.  Elle est consacrée à Notre-Dame de Buenos Aires (« Nuestra Señora del Buen Aire »).

L''édifice, de style néoclassique, possède un profil qui n''est pas utilisé habituellement pour les cathédrales, car elle ne possède pas de tours, et ressemble plus à un temple grec qu''à une église catholique typique.

L''intérieur est de style colonial espagnol.  Il a cinq vaisseaux, et la croisée est couverte d''une coupole qui, posée sur un tambour atteint les 41 mètres de hauteur.

La cathédrale de Buenos Aires est déclarée monument historique le 21 mai 1942. Elle est restaurée en 1994-1999.

Depuis le vaisseau latéral de droite on accède au mausolée où reposent les restes du libérateur José de San Martín. Le monument, qui fut construit en 1880, est l''œuvre du sculpteur français Albert-Ernest Carrier-Belleuse (inspiré par l''éclectisme français qui régnait en Europe à cette époque). Un hommage particulier est rendu au grand héros national, en ce sens que le tombeau est veillé par des grenadiers en armes de l''armée argentine.

Par la suite, nous avons vu le cabildo de Buenos Aires, un édifice historique, pour partie vestige et pour partie reconstitution d’un ancien bâtiment de même nom, situé sur la place de Mai, dans le centre historique de la capitale argentine.

Autrefois, le terme cabildo de Buenos Aires désignait la mairie, c’est-à-dire le corps exécutif municipal de la ville, incarnation locale d’une institution politique spécifiquement coloniale qui, à Buenos Aires, resta en vigueur de la fondation de la ville en 1580 jusqu’à sa suppression en 1821.

Actuellement, ce même terme se réfère uniquement à l’édifice qui hébergea cette institution et qui, déclaré monument historique national en 1933, abrite aujourd’hui, après d’importantes modifications dans sa structure, le Musée historique national du Cabildo et de la révolution de Mai.

Le cabildo de Buenos Aires fut le théâtre principal de la révolution de Mai de 1810, qui entraîna la destitution du vice-roi espagnol Baltasar Hidalgo de Cisneros et à laquelle s’enchaîna ensuite la longue guerre aboutissant à l’indépendance des Provinces-Unies du Río de la Plata. Il est grand temps d’aller prendre un petit café au vieux café typique de la ville, le café Tortoni.  Ce lieu mythique a été fondé en 1858 par un français, ce qui en fait le café le plus vieux d’Argentine.  Le nom provient d’un autre établissement de légende, situé Boulevard des Italiens à Paris, où l’élite parisienne avait l’habitude de se rencontrer.  C’est à force de se réunir fréquemment dans ce bar à Buenos Aires que des musiciens, écrivains, peintres et journalistes ont un jour formé le Agrupación de Gente de Artes y Letras (l’Association des gens de Lettres et d’Art).  Dans une déco très bistrot parisien, on sent l’esprit qui règne entre les murs de ce café : du raffinement à l’ancienne avec une pointe de snobisme.  Le sous-sol est toujours utilisé comme salle de tango ou pour des petits concerts de jazz.  Le bar abrite une petite bibliothèque, et dans les tables du fond les
habitués jouent aux dames, aux dominos, aux cartes ou au billard !

Une petite marche dans le quartier de Telmo où nous avons vu de bien jolis marchés et la vie typique et authentique des gens d’ici.  Belle découverte guidée par notre chère Karine.  Ensuite c’était le tour de La Boca, qui est un quartier
proche du centre de la ville.   Il est situé au sud-est du centre, près du port.  Il abrite de nombreux habitants originaires d''Italie.  Le quartier de La Boca est très prisé par les touristes qui viennent admirer en masse les façades colorées des maisons, et apprécier le rythme de vie animé du quartier, tout en déambulant dans la rue Caminito.

La Boca est également mondialement connue pour son club de football, le Club Atletico Boca Juniors, où a joué Diego Maradona.

Il était maintenant temps pour nous de sustenter nos estomacs.  C’est dans un restaurant local que nous avons partagé le repas du midi qui était situé tout près de notre hôtel dans le nouveau quartier de Puerto Madero.  Nous avions une superbe vue et un excellent repas encore une fois avec de superbes vins argentins.

Après ce merveilleux repas, c’est ensuite à Recoleta que nous avons poursuivi notre journée de découvertes.   Recoleta est un quartier résidentiel du centre de la ville.   C''est une zone de grand intérêt historique et architectural, spécialement grâce au Cimetière de Recoleta qui y est situé.

Avec les quartiers voisins de Retiro et de Palermo, Recoleta fait partie d''un ensemble connu sous le nom de Barrio Norte, lieu traditionnel de résidence des secteurs les plus aisés de la société où se concentre une bonne partie de la vie culturelle de la ville.  En plus des monuments historiques, il héberge le Musée national des Beaux-Arts d''Argentine, la Bibliothèque nationale, le Centre culturel Recoleta et divers pavillons d''exposition.

Le quartier compte de nombreuses statues et sculptures à l''air libre, dans des parcs ou sur les places.  On a pu affirmer, exagérément sans doute, que « Recoleta est le quartier qui possède le plus de statues au monde ». Parmi elles, soulignons El último centauro, El Arquero et la statue équestre de Carlos María de Alvear, œuvres du sculpteur Antoine Bourdelle, la Floralis Generica (d''Eduardo Catalano), et le Torso Masculino Desnudo de Fernando Botero.  Dans le cimetière on peut voir bien des œuvres d''art de valeur, peu connues à cause du contexte funéraire.  Cependant on ne
peut ignorer la sculpture appelée Cristo Muerto de Giulio Monteverde.

Nous prenons, en fin d’après-midi, la direction de Puerto Madero, le quartier le plus jeune de la ville de Buenos Aires.  Sa situation toute proche du centre de la cité, l''extension importante de sa surface et sa vue sur le Río de la Plata font de ce quartier un des plus particuliers de Buenos Aires.

La place de Puerto Madero est considérée comme le quartier le plus cher de la capitale.  On projette pour les prochaines années différents hôtels, de nouveaux commerces, un complexe de cinémas.  Un nouveau parc public de grande envergure, le Parque Mujeres Argentinas.

Le spectaculaire Puente de la Mujer (Pont de la Femme), œuvre de Santiago Calatrava, embellit aussi le barrio depuis décembre 2001.  Et ce d''autant plus depuis 2005, date à laquelle on mit en route un système moderne d''illumination du pont qui permet de l''admirer la nuit.

On peut aussi visiter l''élégante frégate Presidente Sarmiento, amarrée au quai III, premier bateau-école d''Argentine utilisée actuellement comme musée.

Le quartier est une zone de la capitale intensément visitée par les touristes.

Une des caractéristiques les plus notables de Puerto Madero, est sans doute la présence dans le quartier de la réserve écologique de Buenos Aires, située sur des terrains gagnés sur le río de la Plata dans les années 1970 et 80.  La réserve peut être considérée comme un des plus grands espaces publics de Buenos Aires.  Strictement parlé, ce n''est pas un parc, mais un pré couvert par la végétation autochtone. Cependant, on peut y développer de nombreuses activités récréatives, et cet endroit est une attraction touristique chaque année plus significative.

Ce soir nous avons tranquillement mangé à notre hôtel car demain on quitte très tôt pour notre vol vers la Patagonie.

À demain pour notre embarquement sur le navire.

Louise

Photos

Voir plus

Vidéos

YouTube
YouTube