Accompagné par
Guidé par
Villes visitées

2e récit - 7 septembre - Jaugfraujoch et Interlaken

Bonjour à tous!

Ce matin 13 degrés Celsius.  Nuageux.  La température atteint 25 degrés en après-midi.  À l’unanimité, on admet que l’hôtel est à la hauteur de nos attentes : chic, confortable et bien situé. 

Notre système s’adapte à l’heure de l’Europe, 6 heures de plus que chez nous.  Après une bonne nuit de sommeil qui, il faut le dire, était bien méritée, nous sommes tous au rendez-vous à la salle à manger pour un copieux petit-déjeuner.  Ensuite, départ à pied pour une courte marche en direction de notre premier train à crémaillère.

C’est spécial, on a vraiment pas l’habitude de prendre ce genre de train.  Il faut le voir!  Nous passons par le Kleine Scheidegg, au pied des pentes, côté nord du célèbre mont Eiger.  C’est une station de transfert pour nous rendre au Jungfraujoch que nous atteignons avec un deuxième train.  Nous sommes à 3 454 mètres (11 332 pieds) d’altitude, cette station de chemin de fer est la plus haute d’Europe.  On nomme cette station the Top of Europe.

 Nous sommes habitués aux départs des avions et des trains qui sont plus ou moins à l’heure mais ici, en Suisse, ne vous trompez pas il n’y a pas une demi seconde de différence!  Si on dit que le train part à 8 h 02, c’est vraiment 8 h 02.  Réglé comme une montre suisse prend tout son sens!  Impressionnant.  Merci à nos voyageurs d’être à l’heure.

Au sommet, nous avons visité le champ de glace en passant par un tunnel construit à l’intérieur du glacier.  Nous avons, eh oui, marché dans la neige, à deux reprises.  Nous sommes allés également à l’observatoire extérieur.  Nul besoin de vous dire que la vue y est extraordinaire : on peut admirer les monts Eiger (13 026 pieds), Mönch (13 475 pieds) et finalement le  Jungfrau (13 642 pieds) pour ne nommer que ceux-là.  Wow, difficile de décrire la beauté de tous ce que l’on peut voir : le ciel bleu, les nuages au loin, les montagnes enneigées éclairées par le soleil, le tout aromatisé d’un léger vent frais.  J’aurais bien aimé que vous voyiez ce décor mais pour l’instant, on le regarde pour vous.  J’ai pu observer une dame qui, à la vue de la splendeur du décor,  ses yeux se sont remplis de larmes d’émotion.  C’est vraiment génial! 

En plus de tout ça, on a eu l’honneur de dîner à cette altitude (11 333 pieds), au restaurant de Jungfraujoch, offrant une vue à couper le souffle sur les régions alpines et le glacier d’Aletsch, le plus long des Alpes avec ses 22 km.  Ça, c’est vraiment du Voyage Louise Drouin, rien d’autre.
 
Denise a eu un certain malaise, elle est descendue un peu plus tôt, accompagnée de Nicole.  Elle a bien récupéré et elles ont pris le souper avec le groupe.

C’était une destination que les voyageurs attendaient depuis longtemps et tout le monde semble apprécier grandement.

Lors de notre descente, le personnel du train nous a tous remis une petite tablette de chocolat, délicate attention.  Nous avons vu plusieurs pare-avalanches, il y en a beaucoup dans les montagnes.

En après-midi nous sommes descendus à Lauterbrunnen via la Kleine Scheidegg, col ferroviaire suisse entre l’Eiger et le Lauberhorn dans l’Oberland bernois situé à la frontière des communes de Lauterbrunnen (Wengen) et de Grindelwald, pour continuer vers Interlaken, agréable station touristique située entre deux lacs : Brienz et Thoune.  Une courte visite guidée, un peu de temps libre et nous filons en direction de l’hôtel afin de se préparer pour notre souper de groupe.

Nous partons à pied de notre hôtel, le Spinne, vers le Romantik Hotel Schweizerhof mais notre marche va être payante.  Rien de moins qu’une spécialité suisse que nous avons savouré dans tous les sens…  Vous l’avez deviné, la fameuse raclette était au menu!  Dommage que je ne puisse pas vous transmettre l’ambiance qui régnait au repas : on apprend à se connaître, ça va très bien.  Dieu merci, on a marché aussi pour revenir, on en avait vraiment besoin!!! 

Cela termine notre journée bien remplie et appréciée de tous.

Nous avons remarqué que la ville est très propre, l’entretien des rues se fait avec un balai mécanique régulièrement.  Toute la région que nous visitons est d’une propreté exemplaire.  Nous avons également remarqué l’utilisation des panneaux solaires sur les toits des maisons, belle idée, très écologique.

Merci de nous lire.

Capitaine Georges

Tourloup!


Les potins du capitaine : Antonine a tellement rit lors de la descente en train qu’elle a fait rire tout le monde de son rire communicateur!

Photos

Voir plus

Vidéos

YouTube
YouTube