Accompagné par
Guidé par
Villes visitées

12e récit – 18 septembre - Augsbourg et la route romantique, Nuremberg

Ce matin 12 degrés, nuageux.  Nous avons quitté l’hôtel à 8 heures, avec nos valises, mais nous n’étions pas les seuls…  Quatre autocars en même temps, à la même heure…vous voyez le décor!  Heureusement nous avons des excellents voyageurs puisque nous sommes partis à l’heure prévue, félicitations!

Nous retournons en Allemagne aujourd’hui.  Nous parcourrons un peu plus de 400 km.  Il a plu toute la journée mais nos voyageurs, un peu fatigués, en ont profité pour se reposer et certains, pour dormir.

La route est dégagée ce matin, on nous informe que les camions ne peuvent être sur les routes du samedi 15 heures, jusqu’au lundi matin, à moins d’avoir une permis spécial.  On est loin de l’autoroute 20.

Nous avons nommé notre « sex-symbol » masculin aujourd’hui en la personne de Daniel.  Il est l’Homme qui attire les autrichiennes.  En effet, lors du spectacle en hommage à la famille Von Trapp et la mélodie du Bonheur, Daniel a été choisi par la chanteuse qui a tenté de le charmer puis, au concert de Mozart au Stiftskeller Saint-Peter, le même scénario s’est reproduit.  Il faut bien admettre qu’il a du charme.

Notre premier arrêt fut à Augsbourg, nommé ainsi en l’honneur de l’empereur Auguste, ville vieille de 2000 ans où notre guide local, Philippe, nous attendait pour un tour de ville à pied.  I est québécois à 100% et son point de vue sur la vieille ville et ses commentaires nous ont particulièrement touchés.  Il est rare d’avoir un guide québécois dans un pays étranger, on a tous apprécié.  Augsbourg était, aux XVe et XVIe siècles, une ville de premier rang en Europe.  Ville universitaire et industrielle, elle fut un carrefour important au temps des mines de sel et l’or blanc, étant même la ville la plus prospère.  Elle est également la plus ancienne cité sociale et fut la première à construire des HLM : 140 logements pour 150 personnes à 1 Euro par mois, y’a pas d’erreur, on ne se trompe pas.   C’est la famille Fuggere, riches marchands de tissus qui détenait 10% de toute la fortune allemande, qui consruisit ces bâtiments.

Nous avons visité le musée Schaezlerpalais, qui mesure 19 m de large par 107 m de profond, particulier, qui contient également une galerie d’art. La ville a vu naître le père de Mozart.

Un bon repas dans une brasserie et en route pour Nuremberg.  Ça me rappelle que le guide nous disait que lorsque les autorités de la ville pensent à augmenter le prix de la bière, il y a un soulèvement des habitants, presqu’une révolution.  Pas question de toucher à la bière!!!

Notre arrivée survient juste dans les temps pour souper à 19 h 30.  Il faut mentionner que le souper était d’une classe supérieure…  Et le dessert...oh mes aïeux!!  Un tiramisu délicieux, le meilleur qu’on ait jamais mangé et présenté avec soin.

Merci de nous lire.

Capitaine Georges et Renée

Tourlou

Mention spéciale du Capitaine : il est assez cocasse, lorsque je nomme Diane, il y en a quatre qui répondent OUI, même chose avec Louise, il y en a trois qui me regardent.  Et nous avons deux France et également deux Alain.  On s’amuse comme des fous!!

 

Photos

Voir plus

Vidéos

YouTube
YouTube